No Mad's Land
No Mad's Land

neige

Tant que vous souffrez, c’est que vous êtes en vie.

Se réveiller sous les cocotiers, marcher sur une plage de sable blanc, plonger dans une eau turquoise à 28°C. « Tu en as de la chance d’être en vacances toute l’année, c’est le Paradis ». Voilà ce que j’entends souvent. Qu’en pensez-vous ? Etre nomade, la vie de bohème, c’est facile ? Reprenons depuis le début …

En passant de -18°C à +59°C, j’ai alterné les rires, les larmes. les émotions fortes et les instants de souffrance. J’ai eu soif en Bulgarie, et faim à plusieurs reprises aux quatre coins de l’Europe. En pédalant contre le vent, j’ai parfois failli pleurer. En poussant le vélo dans la boue aussi. Transi de froid, claquant des dents, je ne pouvais plus parler en Norvège. Par -12°C en Bosnie, je suis tombé malade avec 40°C de fièvre. Et quand j’ai fait l’erreur de retirer mes gants quelques minutes, mes mains ont souffert trois heures avant de réussir à les réchauffer pour ranger ma tente. Ah, j’oubliais un détail, j’ai aussi failli mourir en Australie. En Pologne, ça va, je ne suis que tombé dans les pommes en pédalant sous la canicule. Alors toujours le Paradis ? Eh bien oui, parce ce que pour moi, vivre sur la Route, est synonyme de Liberté évidemment mais aussi de Bonheur et de sérénité. Une vie passionnante.

 

IMG_9258

sable

 

Rejoignez vite la communauté Facebook pour discuter avec nous !!!

Like facebook